News

Le vin sans alcool : c'est quoi encore cette histoire ?

Tenez-vous prêts, ils arrivent dans vos magasins. Après les vins bios, les vins natures ou les vins végan, voici les vins sans alcool. Mais ça vaut quoi ?


Par Jean Baptiste Pasquier
01/03/2020, 15:52

C'est un fait : ces derniers temps, la consommation d'alcool évolue. On veut boire mieux, boire plus sain, voire ne plus boire du tout. Mais dans un pays de bons vivants comme le nôtre, le vin ça fait partie du décor ! Alors certains ont eu une idée : le vin sans alcool. On décrypte tout ça pour vous !

 

Le vin sans alcool, du jus de raisin ?

Bon d'abord, autant être clair il y a débat sur le nom. Eh oui, car la loi en Europe autorise la désalcoolisation des vins dans un maximum de 2% de leur titrage initial. Sans ces conditions, on ne peut plus parler de "vin" à proprement parler. On utilisera le terme "boisson à base de vin". En France, ce qui est designé par le mot vin c'est assez explicite : le vin est « le produit exclusif de la fermentation du raisin frais ou du jus de raisin frais ». L'utilisation du terme vin sans alcool est donc possible, mais contestée. Hum ça commence bien.

Et comment ça marche alors ?

C'est là que ça devient fou ! Pour retirer l'alcool du précieux nectar, plusieurs méthodes existent, la plus vieille datant de 1908. En gros, le vin va être refroidi à -30 degrés pendant une très courte période et hop, l'alcool va se séparer. D'autres techniques existent comme l'osmose inversée par exemple.
En bouche, on retrouve la saveur du raisin et globalement le goût du vin, mais avec une pointe d'acidité en moins. Le procédé marche comme sur des roulettes pour des cépages types Chardonnay, Cabernet ou Merlot, mais beaucoup moins bien avec les cépages plus légers (Pinot Noir, Gamay).


C'est quoi les avantages ?

Avant les vins sans alcool étaient réservés aux personnes avec un problème de santé ou aux femmes enceintes. Mais maintenant, ils séduisent pleins de curieux. Eh oui, désormais les consommateurs veulent boire moins et boire mieux. Dry January, bières sans alcool, mocktails : la tendance est à la pédale douce côté alcool. L'été dernier, la boisson tendance aux États-Unis (et malheureusement indisponible chez nous) était un hard setzler - autrement dit de l'eau gazeuse aromatisée avec un faible taux d'alcool (généralement entre 4 et 6%). Le vin sans alcool débarque donc dans un climat différent. Les jeunes y sont ainsi beaucoup plus sensibles notamment.
Enfin, le vin sans alcool est jusqu'à trois fois moins calorique que son grand frère ! Par contre, les vins peuvent être plus sucrés.

 

Au final, c'est une bonne nouvelle pour le secteur du vin ! Un nouveau produit, qui va toucher un public différent. Il ne faut donc pas voir le vin sans alcool comme une imitation du vin. Parce que, comme le dit souvent Jean-Michel, le vin est un produit vivant. Toucher à sa structure en le désalcoolisant, c'est donc évidemment altérer un peu le produit. Le vin sans alcool ne vaudra donc jamais le vin classique.

En tout cas nous, on a hâte de goûter ! Et vous ?

Error