Miam !

Vin et chocolat dans tous les sens !

Un mélange croquant & fondant.


Par Cloé Bourel
27/03/2018, 16:07

Fondant, croquant, et craquant, en cette période de Pâques, intéressons-nous à ces mélanges détonnants entre le vin et le chocolat.

  • Un point commun entre les deux ? L’utilisation de nos sens ! Munissez vous d’un verre de vin et d’une tablette de chocolat, ouvrez grand vos yeux vos narines et votre bouche, c’est parti pour voir, sentir et goûter ces deux merveilles.

 À L'OEIL 

Avant de déguster le chocolat et le vin, une première étape d’observation, l’étape la plus artistique, celle de la contemplation est nécessaire.

  • À chaque choco sa forme, sa couleur, ainsi que son aspect. Une tablette de qualité sera lisse et brillante, sans petites bulles ni grain (le vrai mot c’est aspérité pour les plus intéressé).



   

  • À chaque vin sa couleur, sa concentration, sa brillance et sa limpidité. La couleur nous aide à définir l’âge. Un blanc presque  incolore sera très jeune alors qu’un or cuivre sera déjà vieux. Un rouge pur nous présentera un vin à maturité sans potentiel de garde tandis qu’un rouge brun montre la maturité d’un grand vin.

 

AU NEZ 

La deuxième étape, c’est un peu l’étape primordiale, l’état suprême pour les vrais de vrai.

  • Vous ne le saviez peut-être pas (nous non plus) mais un chocolat n’exprimant aucune odeur doit éveiller des soupçons : soit il a pris l’air et perdu ses qualités olfactives, soit il est fabriqué à base d’un chocolat insipide.

 

  

  • Le plaisir sûprem ? Bien sentir les arômes qui se dégagent de son vin. On le décompose en 3 moments, la première impression, le premier nez pour se faire une idée de l’intensité et le deuxième nez qui révèle la complexité aromatique.

 

EN BOUCHE 

Enfin, le moment tant attendu ! La mise en bouche.

  • La dégustation consiste à détecter les arômes et saveurs qui se dégagent d’un chocolat. Le chocolat possède aussi une longueur en bouche et plus il imprime son souvenir sur votre palais plus il est considéré comme intéressant. 

 

  • Le vin en bouche. Tout d’abord on choppe une grosse gorgée et on fait des grands « flshhhht » (on a dit une gorgée, pas Frida de la chanson de Brel). Ensuite, on fait passer un filet d’air afin de détecter les différents arômes et saveurs. N’oubliez pas de recracher le vin si vous voulez en gouter plein.
Error