Trucs & astuces

Le vrai ou faux du bio

Vin bio, biodynamique, nature, êtes-vous vraiment incollables ?


Par Roxane Joly
16/04/2019, 17:23

Un vin bio est nécessairement sans soufre.

FAUX : Un vin est bio si le raisin, ainsi que les intrants utilisés pour la vinification, sont issus de l’agriculture biologique. Mais il est toujours possible de s’aider un peu des bons vieux remèdes naturels. Le soufre et le cuivre sont donc utilisés, dans des quantités toutefois limitées par rapport au conventionnel. Aujourd'hui se pose la question de la toxicité du cuivre. 

Pour conserver un vin, sans utiliser de soufre, il est possible de le pasteuriser.

VRAI : Sacrilège me dites-vous ? Mais il est pourtant possible d’utiliser cette technique pour stériliser un vin, et donc permettre une bonne conservation. La flash pasteurisation, pendant laquelle le vin est chauffé à 71/74 ° pendant 15 secondes, est utilisée dans l'élaboration des vins kasher. Mais cette technique abîme le vin et le prive de qualités gustatives. La pasteurisation est donc peu utilisée, et réservée aux vins de moins bonne qualité. Le soufre reste le meilleur moyen dont on dispose pour préserver le vin des bactéries.

Bio est le mot couramment utilisé pour désigner les vins biodynamiques.

FAUX : Bio est le mot couramment utilisé pour désigner les vins provenant de la viticulture biologique. La biodynamie va plus loin : Cette méthode, qui nous vient de Rudolph Steiner, s’appuie sur les cycles lunaires, et les synergies entre les éléments, comme la terre, les hommes, les animaux.

Un vin qui n’est pas certifié bio, peut quand même être biologique.

VRAI : Certains vignerons pratiquent de fait l’agriculture bio dans leur exploitation, mais ne certifient pas leur vin, afin de pouvoir traiter leur vigne en cas de problèmes climatiques extrêmes. Cependant, il n'est pas possible de communiquer sur l'aspect bio d'un vin, s'il n'est pas certifié. 

Une exploitation peut devenir bio du jour au lendemain.

FAUX : C’est pas si facile ! La transition, du conventionnel vers le bio prend trois ans. Ces trois ans sont nécessaires pour permettre au vigneron d’investir dans le matériel indispensable à l’agriculture bio, et pour que les traitements présents dans la terre disparaissent. Cependant, il faut environ 25 ans pour que la terre retrouve sa qualité d'origine. 

Il n’existe pas de grand cru labellisé bio.

FAUX : Il existe de très grands vins, certifiés bios. Par exemple, les vins du Château Pontet-Canet, à Pauillac, du domaine de Jean-Michel Diess en Alsace, ou de la Romanée Conti en Bourgogne, sont certifiés bio. Aujourd’hui, de plus en plus de grands domaines testent sur une partie de leur exploitation l’agriculture bio.

Les vins natures ne se conservent pas.

FAUX : Les vins natures étant très peu soufrés, il est effectivement plus difficile de les conserver. Mais 100 ans en arrière, la plupart des vins n'étaient pas traités, et pouvaient toutefois être délicieux ! Il n'y a pas vraiment de règle, seule la dégustation compte. 

La cosmoculture utilise des méthodes pratiquées par la civilisation inca.

VRAI : La cosmoculture suit les principes de la biodynamie, en y ajoutant d’autres méthodes : le domaine viticole est organisé en fonction des champs magnétiques présents sur le terrain, des astres, etc. Les chais peuvent également être positionné de la même manière que les pyramides incas et mayas. Ce type d'exploitation reste encore très rare aujourd’hui.

Maintenant que vous savez-tout, découvrez notre sélection de vins bios !  


Error