En 1855, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris, Napoléon III demande d’établir un classement des vins de bordeaux selon la réputation des châteaux et le prix de leur production. Aujourd'hui certains contestent ce classement qui privilégie certains vins pour mieux en oublier d'autres. 

Alors, obsolète ou réel indicateur ? 

En 1855, seuls les vins du Médoc avaient une renommée internationale, ce qui explique la prépondérance de ces vins dans ce classement et l’absence, par la même occasion, de Saint Emilion ou Pomerol à l'origine de certains grognements. Les vins rouges sont le point central du classement. 60 vins du Médoc se sont retrouvés classés en cinq crus, allant du cinquième jusqu’au premier cru.

Seule exception : Haut-Brion de Pessac-Léognan qui a été nommé premier grand cru classé car il bénéficiait déjà d’une forte notoriété à l’époque. Concernant le vin blanc, seuls les liquoreux de Sauternes sont présents. Ils sont divisés en trois crus, allant de deuxième cru à premier cru supérieur (seul le Château d’Yquem est classé dans ce dernier).

Conclusion : ce classement a été fait en 1855 et n’a subi qu’un changement en 1973 lorsque Mouton Rothschild alors second est devenu premier cru. À l’époque les châteaux de Graves, de Saint-Emilion, de Pomerol furent oubliés. Mais les meilleurs furent classés cent ans plus tard heureusement, sauf pour Pomerol qui n’a toujours pas de classement malgré le fait que le vin le plus cher du bordelais s’y trouve, le fameux Pétrus.

Envie de goûter un bon Bordeaux ? 

 

Catégories: Trucs & astuces