En vadrouille

Fini le Dry January, bonjour le Tryanuary !

Le Dry January qui existe en Angleterre depuis 2013, c'est maintenant en France sans le soutien des pouvoirs publics, mais organisé par une vingtaine d’associations addictologues. Que faut-il en penser ?


Par La rédac' du Petit Ballon
13/01/2020, 10:56

Au Petit Ballon, même si on fait souvent des blagues, on a toujours préféré mettre en avant la qualité de ce que l'on boit et poussé à la modération.

Comme le dit toujours notre maître sommelier, Jean-Michel Deluc : "La première qualité d'un sommelier, c'est d'être sobre - et toute l’année ne vous en déplaise !". Cet été, nous vous invitions même à adopter un réflexe bien connu des vignerons et sommeliers : cracher lors des dégustations (bon, on perfectionne toujours notre technique).

Être proche du consommateur, aussi bien en restauration que sur Internet, c'est aussi passer ce message. Buvez raisonnablement, mais buvez du bon ! Le vin fait partie du patrimoine culturel de l'humanité. La preuve, il est indirectement classé, à Saint-Émilion, en Bourgogne, en Champagne, dans la vallée de la Loire, la vallée du Rhin, la Wachau, le Haut-Douro, le Piémont, le Tokaj, Lavaux...

En réalité, nous, on pencherait plutôt pour une initiative venue elle aussi de nos amis anglais, dénichée par nos compères de Vinepair. Là-bas, le Dry January est bien ancré dans les bonnes résolutions du début d'année - mais il met en situation difficile les commerces et producteurs de bières, d'alcools et autres spiritueux, dans un pays où l'afterwork est une tradition.

C'est là que nos chers copains outre-Manche dégainent le Tryanuary. Kesako ? Traduisez "Le mois de Janvier pour essayer" !

tryanuary france

Crédits : Page Facebook Tryanuary

Le but ? Plutôt que de stopper sa consommation, le mouvement propose deux choses. D'abord évidemment, se poser la question de sa consommation et changer ses habitudes (boire seulement le week-end, se limiter à quelques verres, arrêter, etc); mais surtout essayer de nouvelles choses. Aller voir ce caviste qui vous fait de l'oeil depuis longtemps, goûter du vin orange, essayer les bières légères ou sans alcool ou encore se mettre aux mocktails, ces fameux cocktails sans-alcool.
Derrière le mouvement, des volontaires, qui prônent chaque jour la modération, qui supportent les commerces locaux et qui soulèvent des fonds pour des associations.

Une initiative pleine de sens, qui permet de réconcilier les associations et les professionnels. Qui sait, peut-être qu'en 2021, le mouvement aura passé la frontière et viendra faire des émules chez nous !

En bref, vous l'avez compris Dry January ou Tryanuary : il faut être raisonnable toute l'année et non pas sur un mois !

 

______ 

Plus d'infos sur le mouvement Tryanuary sur la page officielle du mouvement : https://www.facebook.com/tryanuary/

 

Error