Trucs & astuces

Les petits secrets de votre ginto' !

Les spiritueux, c'est bien sympa à consommer, néanmoins on ne connait pas toutes les origines et secrets de fabrication de ceux-ci. Vu que Le Petit Ballon se lance dans les spiritueux, autant commencer à en apprendre plus sur le sujet. On commence cela avec le gin !


Par Eva Jean
01/01/2019, 16:25

Le gin est bien connu aujourd'hui grâce au fameux gin tonic (de son petit nom ginto), cette boisson que l'on aime tant composée de gin, de schweppes, de citron et de concombre. Mais le gin c'est d'abord toute une histoire qui lie la Hollande et l'Angleterre !

Ça vient d’où ?

C’est en Hollande que né dans un laboratoire le gin au 17ème siècle. Franciscus Sylvius, le créateur de cet alcool, avait alors trouvé dans le gin un parfait remède pour agir sur les aigreur d’estomac ou encore calmer les douleurs liées aux calculs biliaires. Avant de se nommer le "gin", cette boisson est passée par une multitude de noms : eau de genièvre, genever, geneva ...

À cette même période, les anglais étant en Hollande pour guerroyer à gauche et à droite, découvrnt  le gin… love at first sight. Ils rapportent leur trouvaille en Angleterre et c’est là-bas que le gin va prendre ses lettres de noblesses. C’est pour cela qu’aujourd’hui encore la Hollande et l’Angleterre sont les plus gros producteurs de gin au monde.

 

Comment le fabrique-t-on ?

Il y a trois types principaux de gin :

1. Distilled gin

2. London gin (qui n’utilise aucun parfum ou colorant supplémentaire)

3. Compound gin

Les 3 étapes de fabrication sont similaires avec néanmoins quelques petites variations.

Étape 1 :

Elle consiste à transformer des céréales telles que l’orge, le seigle ou encore le blé en alcool. C’est un alcool presque pur (pouvant aller jusqu’à 96%) qui n’a aucun goût. Il est fabriqué dans un alambic à colonne.

Étape 2 :

Il est maintenant temps de rajouter un peu de saveur à l'alcool grâce à une deuxième distillation, c’est à ce moment que les méthodes diffèrent.

Dans le compound gin, les aromates et épices vont être ajoutés directement dans l’alambic pour macérer avec une certaine quantité d’eau. Pour les gin de haute qualité comme le London et le Distilled gin, les ingrédients ne vont pas être directement en contact avec l’alcool mais soutenus dans un petit panier en haut de l’alambic afin de délivrer leurs saveurs de manière plus subtile. Pour pouvoir donner le nom de gin, les fabricants n’ont d’autres choix que mettre des baies de genièvre dans leurs assortiments, c’est l’ingrédient le plus important de cet alcool.

Étape 3:

Afin de rendre le tout un peu moins fort, la dernière étape consiste à ajouter de l’eau en suivant des normes légales strictes pour avoir un degré d’alcool de 40% et pas plus.

Comment le déguste-t-on ?

Il faut tout d’abord savoir qu’il est absolument inutile de faire vieillir un gin, ils sont prêt à boire immédiatement.

Rare sont les gens qui le boivent seul, on va en général se tourner vers des recettes de cocktails tel que le fameux ginto ! Mais une ribambelle d’autres cocktails existent : le gin fizz, le martini dry ou encore le negroni.

Et voilà nos petits gin chouchou ! L'idée cadeau du siècle ! 



Error