Le Wine Club

La véritable histoire du pastis !

Il possède mille surnoms, et son parfum anisé nous transporte immédiatement dans le sud de la France : mais quelle est la véritable histoire du pastis ?


Par Jean Baptiste Pasquier
18/07/2019, 15:23

Bye-bye l'absinthe, bonjour le pastaga !


Tout commence dans les années 20, juste avant la Première Guerre mondiale. La France sort du 19e siècle et un alcool bien connu est pointé du doigt : l'absinthe. Accusée de rendre fou (coucou Rimbaud), la fée verte est interdite en 1915, ainsi que toutes les boissons titrant à plus de 16 degrés.

Mais les Français ne sont pas de cet avis, boudiou ! Les habitudes sont là et notamment celle de consommer des boissons anisées, mélangées à l'eau. En 1920, le gouvernement décide donc d'autoriser les boissons anisées, jusqu'à 30 degrés d'alcool.

Et c'est notamment autour de Marseille que la tradition est ancrée pour l'apéro. Anis, badiane, réglisse et plantes aromatiques se répandent dans les troquets à une vitesse folle, mélangée avec de l'eau bien frâiche. Une mode provençale qui va tomber dans l'oreille d'un certain Paul Ricard.

 

Le coup de génie de Paul Ricard

Fils d'un négociant en vin, le jeune Paul Ricard (seulement 23 ans, pitchoune !) veut en finir avec la réputation douteuse de l'absinthe. Plein d'idées, il dessine même personnellement l'étiquette de sa future bouteille et passe de nombreuses heures dans un laboratoire de fortune, à tester plusieurs combinaisons. En 1932, il commercialise ainsi une boisson à l'anis, à son nom : le Ricard et véhicule pour la première fois, un apéritif avec une vraie image de vie conviviale, locale, du Sud quoi !
Mais les autorités sont perplexes : quelle est cette nouvelle boisson ? Paul Ricard invente donc le mot "Pastis", du provençal "pastisson" et de l'italien "pasticchio" qui veut dire mélange : le pastis est né !

 Crédits photos : Ricard via Pinterest


Le petit jaune, premier long drink à la française


À partir de là, le petit jaune va devenir rapidement une icône de l'apéro à la française, partout dans le pays. Après la guerre, Pernod tentera de riposter en sortant le Pastis 51, mais les deux maisons fusionneront finalement en 1974, pour devenir le groupe Pernod-Ricard.


De nos jours, le pastis est toujours la boisson du sud, de la pétanque et de l'apéro. Mais depuis les années 80, c'est un vrai renouveau qui s'opère dans le milieu des boissons anisées. Plus complexes, plus aromatiques avec des mélanges d'aromates, d'épices, le pastis est même devenu bleu, coloré naturellement au curaçao.


Chez nous, au Petit Ballon, notre coeur penche pour le Pastis d'Avignon : des senteurs de garrigue balayée par le mistral viennent ainsi à vos narines. Un pastis frais, délicat et suave, à emporter sur la route des vacances !

 




Et si vous n'aimez pas le pastis, laissez-vous convaincre par cette vidéo de l'Institut National de l'Audiovisuel, tournée dans les années 80 !

 


Error