L'actu du vin

La canicule : bon ou mauvais pour le vin ?

Chaque été désormais, c'est la même histoire : on crève de chaud dans les apparts, le mot climatisation devient le saint Graal et on boit notre poids en eau pour survivre. Mais qu'en est-il pour le vin ?


Par Jean Baptiste Pasquier
01/07/2019, 16:55

Des vignes brûlées dans le sud de la France

Commençons par les nouvelles pas cools. Ce mois de juin, certains vignerons de l'Hérault et du Gard se sont réveillés avec une mauvaise surprise. Le soleil et la forte chaleur avaient tout simplement brûlé les vignes. Un peu comme si on avait passé un chalumeau sur les feuilles et les raisins. C'est plutôt rare, car la vigne est une plante naturellement résistante à la chaleur, mais ça arrive, notamment quand les feuilles de vigne sont moins dures (et donc moins résistantes), comme au début de l'été.


L'équation bordelaise

Mais si la hausse des températures est une très mauvaise chose pour la planète et notre avenir, rien n'est perdu ! La semaine dernière, plusieurs articles expliquaient que les températures plus fortes pouvaient être bénéfiques pour le vin. "Une canicule sur une courte durée, à cette période particulière de l'année, c'est littéralement magique", disait même à la radio, Philippe Bardet, viticulteur à Saint-Émilion et président de la commission technique du Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux.

En effet, des chercheurs américains se sont penchés sur la question en analysant le prix de vente de vins de Bordeaux entre 1952 et 1980 et la météo ces années-là. Cette "équation bordelaise", comme on la baptise, montre effectivement qu’un temps chaud et sec durant la période de croissance des raisins (avril à septembre) c'est tout bénef pour le vin. On retrouve donc des bouteilles vendues plus chères ! Un petit degré supplémentaire pendant la saison de croissance et les prix des bouteilles grimpent de plus de 50% !

Notre canicule qui revient chaque été peut donc être un bon coup de pouce, notamment dans des régions où les températures sont d'ordinaire plus douces, comme l'Alsace ou la Champagne.


Un goût différent et des risques de maladie


Petit problème : plus il fait chaud et plus le taux de sucre (et donc d'alcool) dans le raisin augmente ... ce qui est peut être intéressant pour des vins riches en sucre comme le Muscat ou les Sauternes, mais plutôt embêtant pour les vins plus puissants, qui affichent déjà des teneurs en alcool proche de la limite autorisée ...

Et le goût alors ? Et bien la chaleur peut changer les arômes et la couleur. Certains vins peuvent ainsi perdre un peu de leur intensité, être moins acides, etc ...

Autre point noir à l'horizon, le soleil qui tape, c'est un risque plus élevé de développer des maladies de la vigne. Certaines maladies pourraient ainsi apparaître ou s'aggraver.

Les vignerons étudient donc des solutions pour adapter la production à ces coups de chauds de plus en plus fréquents. Décaler les vendanges, protéger les vignes ou même relocaliser certains plants de vignes sont des solutions étudiées.


De notre côté, on croise très fort les doigts pour que nos chers vignerons puissent continuer de créer les vins qu'ils souhaitent et qui nous font chavirer !


Error