Nos vignerons

Découverte du Château Maucamps

Les médailles nationales et même internationale la famille Tessandier connait ! Une occasion de se laisser embarquer dans l’histoire et les anecdotes de ce magnifique vignoble. Une évidence pour cette famille, qu’elle a su nous faire partager…


Par Camille Perrault
24/04/2016, 11:45

Quelle est la fabuleuse histoire de votre domaine?

Le vignoble a été acquis en 1954 par la famille TESSANDIER. À cette époque le vignoble était en perdition depuis des années. En 1956, le gel détruit tout le vignoble Bordelais. De 1957 à 1970, l’élevage laitier de pointe était pratiqué sur les terroirs de Maucamps. En 1970, la nouvelle génération aux affaires (Alain & amp ; Christian Tessandier) décide de replanter le vignoble et redonne au terroir de Maucamps sa vocation d’origine. Depuis 1973, la qualité des vins du Châteaux Maucamps est reconnue au niveau national et international.

La vie au domaine ça ne doit pas être de tout repos. Vous nous racontez ?

Effectivement, nous ne sommes pas là pour nous reposer ! L’élaboration d’un « Grand Vin » est la résultante de multiples interventions toutes réussies. Ce qui demande beaucoup de temps, d’énergie et d’humilité.

D’où vous est venu cette passion pour le vin et qui vous la transmise ?

Après l’intégration d’une école d’Agronomie, c’est la rencontre de viticulteurs de l’appellation Chinon qui m’ont convaincu que la vigne et le vin, étaient ce que j’aimais et ma destinée. Ils ont su me parler de leur métier avec passion et intelligence et je me suis tout de suite dit qu’ils avaient un beau métier parce que c’est complet, proche de la nature et de la terre, avec des personnes authentiques. De plus, j’ai toujours eu une certaine fascination pour le vin. En fait, ça a été presque évident !

Quelle a été la personne qui vous a le plus apporté dans votre métier ?

Il n’y a pas eu qu’une personne, je pourrais vous en citer 1000 ! Toutes les rencontres avec les producteurs, les œnologues célèbres ou pas, les consultants, les maîtres de chai, les chefs de viticultures, ..., que j’ai eu la chance de croiser dans ma carrière m’ont apporté. Les nombreux voyages dans les vignobles étrangers m’ont aussi beaucoup appris. Si j’avais le temps, je pourrai en faire un livre !

Vos cuvées, Plutôt Rock, Jazz ou Rap ?...Etonnez nous !

Je ne connais pas bien le rap alors faire des cuvées dans ce style...compliqué ! Rock, j’aurais peut être aimé mais je dirais définitivement Jazz. C’est plus fin, plus sensible, plus doux, plus dans l’harmonie, l’équilibre. C’est ce que j’attends d’un « Grand Vin » et ce que j’essaye de faire ici au Château Maucamps.

La recette qui se marie le mieux avec votre cuvée ?

Il y en a bien évidemment plusieurs mais j’aime beaucoup boire une bouteille de Maucamps avec un agneau de lait de 40 jours à la broche (adresse du fournisseur sur demande !) avec des haricots verts et des pommes de terre Sponta.

Une anecdote qui pourrait nous donner le sourire ?

Je ne sais pas si elle va vous donner le sourire mais c’est la 1 ère qui m’est arrivée à Maucamps et dont je me souviens encore. On est en juillet 84, je travaille au Château Maucamps depuis 3 jours quand une magnifique Bentley toute rutilante arrive dans la cour du Château. En sort, un homme costume 3 pièces, superbe, bien sous tout rapport, etc. Je lui fais faire la visite des infrastructures (vigne, chai, ...) et nous allons déguster. Il a trouvé les vins délicieux et il est reparti avec 3 bouteilles. Je ne l’ai jamais revu. Le même jour, 2 heures plus tard, une 504 avec une petite remorque arrive dans la cour du Château. Cette fois, c’est un maquignon qui sort de la voiture. Même chose, je lui fais faire le tour du Château et une dégustation à la fin. Il trouve lui aussi les vins excellents mais lui ne repartira pas avec 3 bouteilles mais avec 20 caisses ! Depuis ce jour, il est venu chaque année, jusqu’à sa mort, prendre ses 240 bouteilles de Maucamps. Comme quoi l’habit ne fait pas le moine ...

Des projets fous pour la suite ?

En 1932, le Château Maucamps a été classé « Cru Bourgeois Supérieur » (seulement 99 propriétés ont été classées ainsi sur 444). Il a été confirmé dans cette catégorie en 2003 (87 propriétés sur 247). Depuis 2008, il n’existe plus que la mention « Cru Bourgeois » qui regroupe 243 propriétés. Il est fort probable que la distinction « Supérieur » et « Exceptionnel » revienne dans quelques années. Alors je dirai que notre projet fou est d’avoir l’ambition de devenir « Cru Bourgeois Exceptionnel » (6 propriétés en 1932 et 9 en 2003)

Un point commun entre vous et votre vin ?

Naturel!

 

Un mot, juste un, pour la fin ?

Authentique.

 

Découvrez aussi la pépite du château maucamps. Un 2002 à l'apogée, et sans vous ruiner!


Error